© J. Poirier 2021
 Sous la direction du Dr Judes Poirier, C.Q., ADGEN est une unité de recherche dédiée à la  compréhension de la neurobiologie moléculaire des maladies démentielles telles que la maladie d'Alzheimer (MA) et la démence vasculaire (MV). Sa stratégie de recherche est axée sur  l'utilisation de plusieurs classes de médicaments différents dans le traitement et la prévention des maladies neurodégénératives telles que la MA.   On estime à plus de 6 millions, le nombre de personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer en Amérique du Nord (> 40 millions dans le monde) et deux fois plus qui sont «à risque» de  développer la maladie dans les 15 prochaines années. Une personne âgée sur trois souffrira de la MA. L'équipe de recherche d'ADGEN estime que ses technologies brevetées et ses  approches de recherche représentent des avancées majeures dans la lutte contre la démence. On estime que 1100 milliards de dollars américains sont dépensés chaque année en coûts  directs et indirects des soins de santé et en jours de travail perdus dans le monde. Nos travaux pionniers sur le rôle des facteurs de risque génétiques et des biomarqueurs dans l'étiologie et la thérapie de la maladie nous ont permis d'identifier plusieurs variantes génétiques et protéines qui affectent soit l'âge d'apparition, le taux de progression ou la qualité de la réponse  médicamenteuse sur la mémoire à court et long termes. Les défauts génétiques les plus courant identifiés jusqu'à présent concernent des transporteurs critiques du cholestérol cérébral appelés apolipoprotéine E (apoE) et J (apoJ), et plus  récemment, l’apolipoprotéine cérébrale B (apoB). À l'aide de signatures génétiques et  protéomiques uniques, nous avons caractérisé les fonctions biologiques de modulateurs clés de la physiologie des lipides dans le cerveau et criblé un grand nombre d'entités chimiques  capables de restaurer l'homéostasie lipidique altérée dans le cerveau de sujets atteints de la  MA. Ce travail pionnier a conduit à l'identification réussie de plusieurs cibles pharmacologiques potentielles, y compris quelques inducteurs et modulateurs d'apoE puissants de même que des inhibiteurs sélectifs de la cascade des isoprénoïdes. Ces dernières années, nous nous sommes concentrés sur un ensemble particulier d'entités  chimiques qui ont été utilisées dans le passé pour traiter des conditions telles que  l'hypercholestérolémie ou l'ostéoporose chez l'humain. Cela a conduit au développement d'un vaste programme de recherche préclinique dans des cultures de cellules cérébrales de rongeurs et humaines, des modèles de souris et de rats, et, plus important encore, à de petits essais  cliniques de validation de principe chez des humains souffrants de MA légère à modérée et chez les sujets non atteints de troubles cognitifs. Les résultats finaux indiquent clairement qu'il est  possible de modifier la chimie des lipides du cerveau et d'améliorer la mobilisation des lipides, de ralentir la progression de la maladie et de réduire le fardeau des sous-produits toxiques du cerveau tels que le phospho-tau, une protéine couramment associée à la pathologie de la MA. Quelques sociétés pharmaceutiques ont exprimé leur intérêt pour le domaine de la thérapie à base de transporteurs de lipides en lançant de nouvelles, mais modestes, initiatives pour  s'attaquer à ce domaine émergent de la recherche dans la MA. Bien qu'il existe quelques médicaments conçus pour améliorer les déficits de mémoire chez les sujets atteints de la MA, aucun de ces traitements n'arrête ou ne ralentit la progression, ni ne  retarde l'apparition de la maladie de manière significative. Au mieux, les bénéfices cliniques  durent de 6 à 18 mois, et seulement dans un sous-ensemble modeste de patients (~ 30%). Par ailleurs, les tentatives récentes de petites et grandes sociétés pharmaceutiques d'interférer avec l'une des caractéristiques pathologiques d'Alzheimer appelée amyloïde au moyen de vaccins  (Pfizer, J&J, Eli Lilly, Wyett-Ayerst, Novartis…), d'inhibiteurs de synthèse (Astrazeneca, SKB,  GSK, Eisai et Ely Lilly) et les agents de désagrégation (Parke-Davis, Neurochem) n'ont pas  réussi jusqu'à présent à répondre aux exigences d'approbation de la FDA.
Bienvenue Un avant-propos de l'équipe de recherche ADGEN
Publications de notre laboratiore
Bases de données
Trouvailles de recherche 
Plus d’informations Plus d’informations Plus d’informations Plus d’informations English English Page titre Accueil Recherche Puplications de l'équipe Notre équipe Nouvelles Gallerie Nous contacter Publique Distinctions Nos services Accueil